Copinage: « Maison-Fort »: le manoir aux légendes !

lamaisonfort.jpg

Pour les curieux (ses), un petit tour sur le blog

http:/maisonfort.unblog.fr/ s’impose! Bonne lecture!…

Publié dans : Non classé | le 16 novembre, 2006 |1 Commentaire »

« Lettres à Lily », le livre!

 

numriser0007.jpg

 
 
Publié dans : Non classé | le 24 octobre, 2006 |Pas de Commentaires »

Extrait n°4 (parce que c’est vous!)

Mais… tu étais là. Toi. Petit oiseau fragile, blessé.

Et ce qui est arrivé a tout changé. TU as tout changé.

Par tes sourires. Tes regards appuyés…(…)

Tu étais si distante. Si insaisissable ; oui, c’est le mot.

Tu étais si distante. Si insaisissable ; oui, c’est le mot.

Comme si tu avais peur de te brûler la peau au

contact de notre amour. Papillon s’approchant trop près

du lamparo. Libellule frôlant les eaux, craignant le vilain

crapaud.

Publié dans : Non classé | le 14 octobre, 2006 |5 Commentaires »

Bouquin n°3: « Lettres à Lily » (éditions Le Manuscrit)

LA raison d’être de ce blog! Pourquoi? Parce que c’est sûrement ce que j’ai écrit de plus « beau »? Parce que c’est un hommage à « Lily », qui comme les autres (voir « Quelques mots d’amour… ») a fait de moi ce que je suis aujourd’hui; et parce que finir par une histoire d’amour (dans l’ordre d’écriture des bouquins of course: « Quelques mots d’amour »- « Méli-mélo »- « Lettres à Lily » je trouvais ça plutôt sympa!
Mais chut: présentation…

LETTRES A LILY

De Malte à Tahiti, 3 ans ont passé. Pourtant, il a suffit
d’un mot, d’un prénom, une signature au bas d’une
feuille pour tout réveiller. Pour faire remonter à la
surface des souvenirs, des sentiments, des émotions
qu’il croyait enfouis, à jamais oubliés…
Tâtant du style épistolaire pour ce dernier volet de sa
trilogie, dans « Lettres à Lily » Denis ROY nous entraîne
avec lui sur les pas de l’amour, le premier, l’originel, au
gré d’une passion dévorante et idéalisée…

Publié dans : Non classé | le 12 octobre, 2006 |2 Commentaires »

Bouquin n°1: « Quelques mots d’amour… » (éditions Le Manuscrit)

QUELQUES MOTS D’AMOUR

- « Proust eut sa madeleine, moi les galettes de ma
grand-mère ! Plus le flan, la soupe au pistou, plus… »
Plus une multitude d’autres anecdotes, entre humour et
tendresse, exotisme et gastronomie, qui au gré d’une
mémoire retrouvée nous entraînent peu à peu sur les
traces d’une enfance enfuie.
Enfance heureuse, jeunesse dorée des années lycée, c’est
avec recul et nostalgie que l’auteur remonte le fil du
temps, entre rires et larmes, sentiments et émotion,
jusqu’au drame qui bouleversa sa vie : la mort de sa
mère, des suites d’une longue agonie !
Sa vie en fut changée, sa façon de penser aussi. De
penser, de voir les choses, et de les raconter…

Publié dans : Non classé | le 12 octobre, 2006 |1 Commentaire »

Bouquin n°2 :Méli-Mélo (éditions Le Manuscrit)

MELI-MELO

Deuxième volume d’une trilogie débutée avec
« Quelques mots d’amour… », « Méli-Mélo » rompt peu
à peu avec le récit autobiographique pour mieux nous
transporter sur les chemins de la fiction : des chevaliers
du Moyen-Age à Gaby la petite Québécoise, l’auteur
continue d’explorer ses racines au gré d’une inspiration
débridée, passant sans transition de ses expériences
vécues aux récits les plus inattendus.
Recueil de synopsis, florilège d’imaginaire, « Méli-Mélo »
traverse les époques et les océans entre rêves et
réalité…

Publié dans : Non classé | le 12 octobre, 2006 |2 Commentaires »

Extrait n°3

Te faire l’amour à 17 heures, pourquoi pas ? Moi
aussi j’aimais ça : Nos câlins rapides avant la piscine…
Te voir nager, en maillot. Devant moi. Te rattraper.
T’embrasser. Te caresser. Bien sûr que j’aimais ça.
S’il n’avait fallu ensuite se quitter ! T’abandonner. Me
retrouver seul dans un wagon, entre un clochard et un
poivrot. A 23 heures, rentrer seul dans mon lit, si loin
de toi. De ta chaleur, de ton odeur.
Quand j’aurais voulu te serrer si fort. Contre moi.
Encore. Dans mes bras. Sentir tes cheveux sur mon
visage. Tes mains sur moi. Embrasser ton cou. Ta
nuque si sensuelle. Tes épaules nues. Tes seins pointus.
Descendre vers tes hanches, pleines, superbes.
Toucher ta peau, tes cuisses ouvertes. Du bout des
doigts caresser tes fesses, comme tu aimais ; comme tu
frissonnais.
Effleurer ton bouton, prendre ma respiration et,
mourir dans ton con. Pardon Lily. C’était si bon !
Si bon de faire l’amour avec toi. Si bon de faire
l’amour avec… la femme qu’on aime !
Oui Lily. Je t’aimais tellement. J’aurais voulu
tellement de temps. En plus. Encore. Pour t’aimer. Te
faire jouir. Te faire crier. Encore plus fort. Et pour que
toi aussi, tu m’aimes un peu. Malgré tout. Malgré nous.
Mais le temps, on ne l’avait pas. On n’en profitait
pas.
Enfin, pas assez. A mon goût. J’avais tellement soif
de toi. Tout le temps. De tes baisers. De ton cou.
De… tout !
Alors, comme je n’y arrivais pas, à t’avoir, à t’aimer
comme je le voulais, j’avais tellement mal que, je me suis
protégé. Je me suis… éloigné.
Et, je suis parti, au lieu de… t’expliquer. De parler.
D’ensemble essayer de trouver. Une solution. J’suis
tellement c… !

Publié dans : Non classé | le 12 octobre, 2006 |2 Commentaires »

Extrait n°2

La… enfin, les affaires reprennent quoi ! C’était pas
l’obélisque, mais quand même, une « gaule » d’enfer
(Mon Dieu ! Jésus, Marie, Joseph !), pleine de promesses
au cas où tu aies une petite envie de… pêcher ?
(Amen !)
Ah, ça m’a fait du bien tu ne peux pas savoir ! De
constater que « le lion n’est pas mort ce soir » !
WAOUUUHHH !!! Au contraire !…
Et toi qui n’étais pas là ! Avec moi. Contre moi.
Toi, à l’autre bout du pays. Dans un de ces fichus…
trains de nuit !
Quand moi j’aurais tellement voulu. Nous deux. Toi.
Moi. Moi en toi. Collé à toi. Sentir ta peau. Douce.
Chaude. Sensuelle. Parfumée. Ta bouche. Humide.
Gourmande. Ta langue. Enroulée à la mienne. Aspirant.
Avalant. Lentement. Consciencieusement.
Puis plus rapidement. Plus violemment. Au rythme
de nos corps. Soudés. Enivrés. Tes mains. Sur mes
épaules. Mes fesses. Crispées. Fébriles. S’agrippant.
Serrant. Griffant.
Tandis que je te prends. Doucement. Profondément.
Amoureusement. Toujours. Tendrement. Jusqu’à sentir
le désir. Monter. Venir. Nous envahir. De plus en plus.
Vague frénétique. Irrésistible.
Et enfin : Jouir. JOUIIIRRR !!! EXPLOSER !
Nous libérer.
De bonheur. De joie. De plaisir. D’amour.
D’AMOUR !!!
Ah mon bébé. Si tu savais les rêves que je fais ?
Quand je pense à toi. Et que tu n’es pas là. Avec moi.
Contre moi. Quand l’envie revient. Et que j’ai envie
d’être bien. Avec toi. En toi. Contre toi.
Patience mon bébé. On a toute la vie devant nous.

Publié dans : Non classé | le 12 octobre, 2006 |1 Commentaire »

Extrait n°1

Parce que
J’aime ton sourire
Tes yeux rieurs
Tes dents de nacre
Ton air moqueur
Quand tu plisses le front
Ton petit menton
Tes hanches pleines
Et tes seins lourds
Ton corps sensuel
Fait pour l’amour
Parce que
J’en crève de te voir
Quand toi tu m’ignores
D’ainsi te regarder
Sans pouvoir te toucher
Je n’ai qu’une envie
Lily
Te prendre dans mes bras
Te serrer contre moi
T’embrasser, te toucher
Te faire l’amour, te caresser
Mais toi tu ne veux pas
Toi tu ne m’aimes pas
Je ne peux pas te forcer

Publié dans : Non classé | le 12 octobre, 2006 |2 Commentaires »

Pepsie

Petite chienne border-collie, je m’appelle Pepsie et je voudrais vous présenter mon maître: Postier aux Armées depuis plus de 10 ans par goût des voyages (et du déguisement?), Denis Roy est né à la Charité sur Loire (cité du livre), dans la Nièvre où il a grandi. Fils d’enseignants, c’est tout naturellement qu’il côtoie les livres, desquels il tire la majeure partie de son éducation.
Désirant travailler pour le cinéma, c’est à 18 ans qu’il commence à écrire: des synopsis! (« Méli-mélo » Editions Le Manuscrit)
Puis c’est en 1993, après 10 ans de deuil et de négation qu’il entamera le roman de sa vie: « Quelques mots d’amour… » (Editions Le Manuscrit)
A suivre

Publié dans : Non classé | le 3 octobre, 2006 |1 Commentaire »

Poésies de Caroline |
ENGAGEMENT CITOYEN |
elypse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les fous du tir
| femme en collants 2
| homme en collants